Concordia Historique
Concordia
28-05-2009

Historique de la Royale Concordia

Rédigé par : M.Nottet, le 28-05-2009

 

En ce temps là, nous sommes en 1888 !
La florissante industrie de la pierre à rasoir (le coticule) est la principale activité économique de la région et emploie à Salmchâteau plus de 40 ouvriers (dans la propriété devenue aujourd'hui la régie des Ponts et Chaussées).

L'ambiance y est excellente et en chaque fin novembre, Saint Clément, patron des ouvriers carriers y est dignement fêté. Petits pékèts et chants de toutes sortes agrémentent la fête. Les voix les plus diversifiées, graves ou puissantes chez certains, claires ou mélodieuses chez d'autres et très souvent utilisées dans des tessitures les plus justes, incitent à la création d'une chorale !… Pourquoi pas ?

Une bonne vingtaine d'ouvriers se rassemblent alors à l'école pour une première répétition.

La chorale étant née, la fête de Sainte Cécile, patronne des musiciens est donc célébrée l'année suivante… à la veille de la Saint Clément. Quelques années passent… en chantant…

Puis, surgit l'idée d'acquérir quelques instruments de musique. La chorale se transforme en fanfare qui prend pour nom " La Concordia ". Chaque musicien rembourse, par mensualité de 2 francs (nous sommes en 1891) la somme globale investie.

Les premiers concerts, très généreusement suivis par la population, se succèdent. Le droit d'entrée est fixé à 50 centimes.

La première prestation extérieure a lieu à Ensival (Verviers) en 1893. Lors de ce festival, la société remporte le 1er prix décerné pour le plus grand nombre de membres (53) et le 2ème prix pour le plus beau drapeau.

Les années passent et les anecdotes ne manquent pas… vous pensez en presque 120 ans ! Ce serait trop long que d'énumérer toutes les prestations, tous les événements qui ont marqué l'histoire de la Concordia. Cependant, nous pouvons mettre à l'honneur les nombreux prix et distinctions qui lui ont été décerné. Comme lors du concours international de musique de Malmedy en 1934 où la fanfare reçu le 1er prix de lecture à vue, le 1er prix d'exécution et le 1er prix de direction.

Mais, en presque 120 ans d'existence, tout n'a pas été toujours rose pour la Concordia. Elle a aussi beaucoup souffert d'événements tragiques tels que les deux guerres mondiales. De nombreux décès et des dommages irréparables furent à déplorer. Ainsi, lors de l'offensive von Rundstedt, la célèbre Bataille des Ardennes, tous les espoirs suscités par la première libération furent anéantis. La Concordia fut ruinée et sinistrée à 100 %.

Le local de la fanfare, complètement détruit, laissa dans ses cendres le drapeau avec plus de 200 médailles, matériel, pupitres, archives musicales et instruments. Il fallut tout recommencer.

La guerre finie, la société se relèvera tout de même, péniblement, grâce à la volonté inépuisable de ses membres restants. Petit à petit, la Concordia retrouvera sa réputation d'avant guerre et renouera avec le succès en obtenant à nouveau de nombreux prix et distinctions divers.

C'est le 7 septembre 1964 que la société se constitua en A.S.B.L. L'année d'après, le titre de Royale Fanfare lui fut attribué par le Roi. La société prenait une dimension supplémentaire.

Depuis, la Concordia, telle qu'on la connaît aujourd'hui, a surtout évolué au niveau de la répartition des instruments, ce qui fait que, maintenant, nous sommes devenus un ensemble instrumental plutôt qu'une véritable fanfare.

M.Nottet