Le Coticule
Village
28-05-2009

Le Coticule de Salmchateau

Rédigé par : M.Nottet, le 28/05/2009

 

Exportée dans tout les continents et dans des dizaines de pays durant des dizaines voire des centaines d'années, la pierre à rasoir était appréciée de tous, tant le tranchant qu'elle donnait à tout les appareils devant couper à l'égal d'un rasoir était, et est toujours, inégalable.

L'Industrie de la Pierre à Rasoir

Les différentes étapes de la fabrication des pierres

  • L'extraction

    L'extraction du coticule s'est faite à de nombreux endroits situés entre la "Fosse Roulette" et Regné, en passant par le "Thier-del-Preux", le plus souvent par des galeries souterraines.

Veine de coticule dans une galerie (photo P. Lamy).


Les ouvriers détachent à coups de marteaux, parfois à l'aide de mines, les blocs de pierre renfermant la précieuse roche. D'autres les soulèvent à l'aide de cabestan et les placent sur les wagonnets qui les amèneront en surface. L'eau est remontée dans des tonneaux, puis grâce à des pompes à bras, enfin, à moteur.

  • Le sciage

La première opération de l'usinage des blocs de coticule est le sciage qui les met à l'épaisseur désirée. A cet effet, ils sont calés dans un châssis, l' "armure" : un nombre variable de lames d'acier parallèles sont animées d'un mouvement de va-et-vient sous un arrosage d'eau et de sable.
Ces lames ne coupent pas la pierre, car elles ne sont pas dentées, mais appuient fortement contre celle-ci et, grâce au sable interposé, usent la matière.
Un second sciage dans l'autre sens permet d'obtenir des tranches de largeur et d'épaisseur variables.

  • Le débitage

Deuxième opération, le débitage se faisait par deux ouvriers assis sur un banc et employant une scie à mains en tôle. Par la suite, on utilisera des débiteuses à sec mues par courroies, puis des disques chargés de diamant. L'entreprise Jacques de Salmchâteau mit aussi au point, vers 1952, un prototype de débiteuse automatique qui ne fonctionnera que quelques heures.

  • Le polissage

Jusqu'au début du siècle, la pierre à rasoir fut façonnée à domicile et le polissage se faisait à la main sur une pierre sablonneuse.
A partir des environs 1900, les ouvriers polissent alors la pierre à l'aide du "lapidaire", grand disque en fonte tournant horizontalement. Debouts, autour de lui, ils appuient fortement la pierre sur cette surface rugueuse en rotation et arrosée de sable et d'eau. Toutes les faces de chaque pierre sont ainsi polies de façon à obtenir les dimensions exactes requises.

Le Tri et l'Expédition

Lavées puis séchées, les pierres sont rassemblées dans le magasin où elles sont classée suivant leur qualité et leur grandeur. Les principales qualités sont l'Old Rock, l'extra-extra, l'extra-fine, les lignées au bleu, les veines collées, les demi-fines, les communes.
Les dimensions, exprimées en pouce anglais, soit environ 2,5 cm, 4'', 5'', 6'', 7'', 8'', 9'', 10'', 11'', 12'', 4x2'', 5x2''1/2, la largeur et l'épaisseur étant proportionnelles à la longueur.

Certains formats étaient fabriqués spécialement pour la Tchécoslovaquie, les Etats-Unis et la ville de Thiers dans le Puy-de-Dôme.

Ensuite, les pierres sont enveloppées par pièce dans du papier bleu et mises en caisses lorsqu'elles sont destinées à l'étranger.
Les morceaux ne convenant pas pour être débités en tranche servaient à fabriquer les "bouts" ou "cwernous" (= cornus).

Certains acheteurs étrangers n'hésitaient pas à se rendre sur place pour assister à la fabrication des pierres qu'ils allaient acheter. Parmi ceux-ci, l'américain Droesher joua un grand rôle puisqu'il collabora très étroitement avec la firme Jacques et la banque Delvenne de Stavelot à la fabrication de la qualité Old Rock, la meilleure et la plus chère des pierres à rasoir sur laquelle était apposée une étiquette certifiant l'authenticité du produit.

La Saint Clément

Saint Clément est le patron des ouvriers de nos carrières. L'industrie ardoisière et celle de la pierre à rasoir ayant constitué les principales ressources industrielles de la région, c'est toute la commune qui participait à cette fête. Il parait que Salmchâteau était le centre des fêtes organisées en cette circonstance et que ce village savait bien faire les choses. Des réjouissances étaient organisées dans chaque atelier : on buvait, on riait et l'on chantait.

C'est d'ailleurs en 1888, à l'occasion des fêtes pour la Saint-Clément dans les ateliers Jacques, que l'idée de faire une chorale naît. Cette chorale prendra le nom de "La Concordia" et deviendra, trois ans plus tard, une fanfare. Mais cela, c'est une autre histoire...

Visitez le Musée du Coticule

Pour tout connaître de l'industrie de la pierre à rasoir à Salmchâteau et dans la région de Lierneux, Vielsalm et Bihain, visitez le Musée du Coticule à Salmchâteau. En voici une brève présentation :

  • Le bâtiment

Le Musée du Coticule est établi dans un ancien atelier de fabrication des pierres à rasoir. Le bâtiment, long et bas, date de 1923. Il a été construit en moellons de schiste et couvert de chèrbins - ardoises bien caractéristiques de la région. Son volume est agréable et bien typique de celui des autres ateliers de l'endroit. L'inclinaison de la toiture est semblable à celle des bâtiments ardennais antérieurs.

Des modifications ont dû lui être apportées pour qu'il réponde à sa nouvelle fonction de musée : une annexe en façade pour l'installation du chauffage, un coin sanitaire à droite de l'entrée principale, ainsi qu'une extension - au dessus du hall d'entrée - de la plateforme servant de bureau pour la création d'une salle de travail (archives, documentation,...).

  • La salle de géologie

Après un aperçu de la géologie régionale et des roches caractéristiques, vous apprécierez la collection de minéraux parmi les plus impressionnants et les plus abondants de la région (quartz, hématite, malachite,... ou encore pyrite, turquoise,... sans oublier bien sûr l'ardennite).

Peut-être serez-vous étonné de savoir que l'on trouve de l'or dans les ruisseaux de la région ? Une carte de ces ruisseaux et un échantillon de minuscules paillettes d'or vous y sont également présentés.

La visite de la salle de géologie se termine par une explication détaillée de la constitution du coticule et de la manière dont ses qualités abrasive peuvent être utilisées.

  • L'atelier

Vous entrez dans la partie de l'ancien atelier par une galerie de panneaux d'exposition où sont expliqués de manière didactique, simple mais complète :

  1. L'importance du coticule à travers l'histoire de la région.
  2. Les différentes techniques, de l'extraction au polissage.
  3. Les aspects économiques de l'industrie de la pierre à rasoir.
  4. Les répercutions sur la vie quotidienne.

Ensuite, vous admirerez l'outillage impressionnant du musée avec ses machines d'époque : les armures (pour le sciage), la débiteuse et le lapidaire (polissage). Ces machines sont toujours à la place qu'elles occupaient dans l'ancien atelier devenu aujourd'hui musée.


Enfin, à côté des machines, vous verrez le magasin où étaient triées et rangées les pierres terminées.

Une atmosphère d'authenticité, faite du parfum de la pierre, du bruit des machines et de l'âme de toute cette industrie d'antan, vous laissera certainement un très beau souvenir de votre visite.

  • Moyens d'Accès
  1. Du centre de Salmchâteau : 600 mètres à pied (parking sur la place de l'Eglise) ou, en voiture en empruntant la rue du Coticule avec passage d'un petit gué -attention à la hauteur sous-véhicule !- (parking au musée).
  2. De la route de Cierreux (direction Clervaux / Luxembourg) : 30 mètres à pied avec franchissement de la rivière par une passerelle (parking mal aisé).
  3. Gare de Vielsalm, ligne Liège-Gouvy-Luxembourg : 2 kilomètres.
  4. Arrêt de bus à Salmchâteau (église), ligne Trois-Ponts-Gouvy : 600 mètres.

 

  • Heures d'Ouverture et Tarifs

Le musée est ouvert du 1er avril au 30 octobre, excepté le 21 juillet :

  • Du mardi au samedi de 10h à 12h et de 13h à 17h.
  • Le dimanche de 14h à 17h30.

Le musée est accessible uniquement sur rendez-vous, du 1er novembre au 31 mars.

  • Prix d'entrée par personne :
    • Adultes et enfants de plus de 12 ans : 2,50 €
    • Enfants de moins de 12 ans : 1,75 €
    • Groupe de minimum 10 personnes (un seul paiement) : 1,75 €
    • Groupe scolaire accompagné (un seul paiement) : 1,00 €

Pour plus de renseignements :

Musée du Coticule : Tel. : 080 / 21.57.68  -  E-mail : museeducoticule@skynet.be
Le gestionnaire du musée : A.S.B.L. "Val du Glain, Terre de Salm", Charles Legros, Tel. : 080 / 21.62.52

 
M.Nottet