Salmchateau
Village
28-05-2009

Salmchateau Historique

Rédigé par : M.Nottet, le 28-05-2009

 

Salmchâteau s'est développé dans le fond de la vallée du Glain élargie par la confluence de celui-ci et de deux autres ruisseaux : la Rougerie venant du village de Bêche et le Golnay venant de Sart.

Le Glain prend sa source aux environs de Beho, traverse Salmchâteau puis Vielsalm et continue jusque Trois-Ponts où il rejoint l'Amblève.
Le nom du Glain est très ancien. Il provient du celte et signifie clair, limpide.
Cette belle rivière a par ailleurs donné son nom à l'ancien domaine de Glain qui était situé en amont du cours d'eau et fréquenté par les dynasties mérovingiennes puis carolingiennes au cours du haut Moyen-Age.

Avec la création du comté de Salm, sa grande renommée et son expansion au détriment du domaine de Glain, il n'y eut plus guère de repères pour que les cartographes puissent nommer correctement la rivière. De plus, les principaux accès au comté de Salm se faisaient, jusqu'à une époque assez récente de l'Histoire, par la vallée du Glain. Pour la rumeur publique, cela constitue une bonne raison de rebaptiser le Glain en la Salm.
Encore aujourd'hui, la plupart des cartes mentionnent la Salm à partir de Salmchâteau jusque Trois-Ponts et l'erreur embarrasse les habitants qui ne savent parfois que penser de tout cela.

La Salm existe pourtant réellement. Elle prend sa source aux environs de Petit-Thier et rejoint le Glain à Vielsalm. Son nom, au contraire du Glain, n'a pas d'origine bien définie. En fait, selon les interprétations, le nom de Salm pourrait tout aussi bien signifier eau trouble en celte, défilé en finnois, saumon en allemand.

Les Comtes de Salm en auraient pris le nom et choisis leurs armoiries en fonction de leur interprétation de ce nom.

Du Temps des Celtes et des Romains

Les alentours du village de Salmchâteau furent occupés, dès le Vème siècle avant J.C. Des sépultures (à Courtil ou encore à Rogery), des tertres constitués de déchets d'orpaillage (sur les berges de la Rougerie, le ruisseau de Bêche) et un vaste ouvrage de défense (au sommet du Thier des Carrières) témoignent de la présence des Celtes dans la région.

Le "Camps Celtique" du Thier des Carrières fut daté au radiocarbone à 470-440 avant J.C. Ce refuge a une surface d'un hectare et demi. Son enceinte, longue de 400 mètres, est encore bien visible aujourd'hui.
Celle-ci est constituée d'un empilement de blocs de schistes surplombant un fossé partiellement comblé aujourd'hui par l'accumulation d'humus et de petits cailloux. Non loin du "Camps Celtique" ont été retrouvées des meules en arkose, lesquelles servaient à écraser les céréales.

La principale activité des Celtes était, semble-t-il, l'exploitation de l'or. En effet, on trouve différents sites d'orpaillage le long des ruisseaux de la région. L'or récolté devait être destiné au commerce ou à l'échange d'autres produits car il n'y en a aucune trace ni sur place ni dans les sépultures environnantes.

Dans la région de Salmchâteau, les traces laissées par les Celtes sont plus importantes et plus nombreuses que celles laissées par les Romains. La plupart des découvertes, dans la Commune de Vielsalm, ne concerne que des sépultures.
Notons toutefois la découverte d'un trésor contenant des monnaies romaines à proximité de Grand-Halleux et des fondations d'un bâtiment romain ou gallo-romain à proximité de Salmchâteau (Sainte-Marie).

La photo ci-dessus : des paysages à perte de vue... au sommet du Thier des Carrières, à l'emplacement du "Camps Celtique".

Le comté de Salm et le château de Salmchâteau

La première mention du nom de Salm apparaît en 1034-1035 dans une charte rapportant une transaction entre les abbayes de Stavelot et de Trèves. Le comte Gislebert de Salm, descendant et vassal des comtes de Luxembourg, signe ce document en qualité de témoin. Le Comté de Salm existe donc depuis le 11ème siècle.
A cette époque, il occupe une place assez réduite, entre la principauté abbatiale de Stavelot-Malmedy, au nord et à l'ouest du territoire, les terres de Glain, au sud, et la seigneurie de Saint-Vith, à l'est.
Les comtes de Salm établissent leur demeure à Vielsalm. Malheureusement, il ne reste plus guère de trace de cet édifice qui était situé près de l'église actuelle.

Au 13ème et 14ème siècle, les comtes de Salm élargissent les limites de leur territoire en annexant l'ancien domaine de Glain, au sud, et des terres de la principauté abbatiale de Stavelot-Malmedy allant jusqu'Arbrefontaine, à l'ouest.
C'est alors qu'en 1307, ils décident de construire un nouveau château, lequel sera terminé en 1362. Ce château est toujours partiellement visible à Salmchâteau.

Nul ne peut dire si l'espace qu'occupe actuellement le village de Salmchâteau était habité avant la construction de ce château. Communément, on établit donc l'origine du village à cet événement. En effet, afin d'attirer la population, la comtesse Mahaux de Thuin, épouse du comte Henri VI de Salm, édicte, en 1362, une charte de franchise.
Ce document défini les privilèges accordés aux habitants proches du château en échange de la contribution de ceux-ci à certaines tâches comme par exemple l'entretient des lieux. Le "Bas-Château" verra dès lors des habitants s'y établir.
Le reste du village se développera lentement, s'étendant tout d'abord au quartier du Rivage, puis au reste du village actuel.
En fait, Salmchâteau se développera davantage grâce aux industries locales plutôt que par le fait d'être le "nouveau centre" du comté de Salm.

L'origine de l'appellation actuelle des villages de Vielsalm et de Salmchâteau remonte à cet événement.
Les deux entités ayant prit chacune le nom de Salm, ce nom sera décliné en "Salm-la-Vieille" puis "Vielsalm" pour l'une, "Nouvelle Salm" puis "Salm-Château" pour l'autre (le château devenant par la suite l'élément distinctif).

Au cours des siècles, le château a été abîmé, incendié, restauré, agrandi, remanié.
Avant le 17ème siècle, on sait peu de choses à son sujet, sinon que les comtes n'y résident que rarement.
Toutefois, on sait que des portions de l'édifice ont été incendiées en 1645 et vers 1700-1715.
Elles ont sans doute été partiellement restaurées, la dernière restauration datant de 1752.

La beauté des lieux et de l'édifice a inspiré plusieurs artistes dont Mathieu Antoine Xhrouüet (1672-1747) et Remacle Le Loup (1711-1749), lesquels proposent chacun des versions bien différentes du château. Cela s'explique en tenant compte des modifications de celui-ci suite aux incendies l'ayant ravagé et les restaurations effectuées.
Cependant, l'oeuvre de R. Le Loup, postérieure à celle M. A. Xhrouüet, semble donner au château une trop fière allure. On peut supposer que la complaisance de l'artiste avait pour objet de servir le prestige des comtes de Salm.

Cette hypothèse est renforcée par le fait qu'en 1788, à la fin de l'ancien régime, le château devenu inhabitable est vendu, en pièces détachées, au plus offrant. Il paraît fort improbable qu'une construction de cette ampleur, à peine restaurée, se soit transformée pour ainsi dire en ruines, en l'espace de seulement 40 ans.
Ci-dessus, dans l'ordre d'apparition, une vue de M. A. Xhrouüet, et une vue de R. Le loup (livre Salm en Ardenne, p.27).

Le destin du château est définitivement et tristement scellé à la fin du 18ème siècle. Celui-ci sera démantelé par les ferrailleurs, brocanteurs et entrepreneurs du moment. Aujourd'hui, seules les deux tours médiévales, qui sont paradoxalement les éléments les plus anciens du château, sont conservées.
La solidité de cet ouvrage de défense n'est pas étrangère à cela.
Pour l'anecdote, en 1945, l'armée américaine entreprit de démolir ces tours pour remblayer la route défoncée lors de la Bataille des Ardennes. Mais les tours tinrent bon !
Elles furent classées en 1946. Aujourd'hui restaurées, elles rappellent aux promeneurs l'histoire du comté de Salm.

L'Industrie de la Pierre à Rasoir

L'article qui suit est constitué d'extraits de "L'industrie de la pierre à rasoir dans la région de Bihain - Lierneux -Vielsalm", fascicule 7 des publications du Musée du Coticule à Salmchâteau.

Le coticule

La région située entre la Baraque de Fraiture et Salmchâteau, au nord du massif cambrien de Stavelot, est d'un très grand intérêt géologique. C'est ainsi que, en se limitant à la seule minéralogie, Salmchâteau et ses abords immédiats ont livré 37 minéraux différents, ce qui fait de ce petit territoire l'un des plus riches de Belgique. (NDLR : voir plus bas, l'article "...La géologie")

On y trouve une pierre rarissime : le coticule, couramment appelé "pierre à rasoir" et, par les géologues, "novaculite" ou "schiste novaculaire".

Cette pierre est un schiste métamorphique de texture compacte comportant une grande quantité de divers minéraux de dimensions microscopiques. Elle contient une infinité de cristaux de grenats qui lui donnent une dureté particulièrement apte à user l'acier. 

L'exploitation

L'extraction, la transformation et le commerce des pierres de coticule furent une industrie florissante pour Salmchâteau et ses environs, laquelle dura pendant près de quatre siècles.

En effet, on vendait les pierres à rasoir à Venise, au début du 17ème siècle déjà, d'où elles étaient expédiées "ès autres provinces".
A la fin du même siècle, des Arméniens séjournaient à Vielsalm où ils faisaient le commerce des pierres à rasoir.
Au 18ème siècle, on les vendait à Moscou, à Smyrne (Turquie) et jusqu'en Amérique.
Au 19ème siècle, ce commerce se développe progressivement et plusieurs familles des anciennes communes de Bihain, Lierneux et Vielsalm créent de petites entreprises familiales qui, souvent, subsisteront jusqu'au milieu du 20ème siècle.

Les gisements sont exploités de façon très rudimentaire, sans la moindre machine jusque bien loin dans le 20ème siècle par groupes de 2 ou 3 ouvriers par fosse. Des nombres dépassant la dizaine ont été, de tout temps, tout à fait exceptionnels. Pendant des siècles, cette pierre à rasoir était fabriquée à domicile par un grand nombre de familles. Découpage et polissage se fraisaient dans une athmosphère remplie de poussières minérales ; c'était une occupation malsaine.
Plus tard, l'emploi de l'eau pour les différentes opérations a permis de supprimer la poussière dangereuse pour l'appareil respiratoire.

A la fin du 19ème siècle, cette industrie était concentrée dans quelques ateliers familiaux : Archambeau et Offergeld à Vielsalm, Jacques, Putz, Nikelman et Masson à Salmchâteau, Minet et Burton à Sart notamment.

Le Village d'Aujourdhui, et son remarquable patrimoine

La Géologie

La région de Salmchâteau, située au sud du massif cambrien de Stavelot est, du point de vue géologique, d'un intérêt tout à fait exceptionnel.

La rencontre de plusieurs plissements dans la région, l'un nord-Sud, l'autre Est-Ouest, y a provoqué des compressions, torsions, étirements se traduisant par la formation de roches, minéraux et cristaux intéressants.

Le nombre impressionnant de carrières, petites et grandes, malheureusement presque toutes à l'abandon, témoigne de ce que fut naguère l'importance économique de l'exploitation des roches dans la région. Ces roches, et surtout les filons de quartz qui remplissent les fissures, contiennent plus de 80 minéraux différents dont les plus abondants sont la pyrite, la malachite, la bornite, l'hématite et le cryptomélane. Certains sont célèbres car ils y ont été décrits pour la première fois au monde :

  • L'ardennite et la stavelotite-(La) à Salmchâteau.
  • La davreuxite et l'ottrélite à Ottré.

Les Ruines du Chateau des Comtes de Salm

Aujourd'hui, l'espace qu'occupait le château des Comtes de Salm ainsi qu'une partie du "Bas-Château" est une propriété privée dont l'accès n'est pas autorisé afin de préserver la quiétude des propriétaires.

Les propriétaires, Monsieur et Madame De Bremaecker, ont dégagé certains éléments de l'ancien château. Ces ruines embellissent davantage encore cette propriété de toute beauté. L'investissement dévolu à la restauration et l'aménagement des deux tours médiévales, à la préservation des ruines et à l'entretien du parc, est de taille. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le résultat est au rendez-vous.

Voici en photos, l'envers du décor, le fruit de nombreuses années de travail.

Les Vieilles Maisons, les nouveaux cartiers, les curiosités diverses

Le Rivage, le Pont Madeleine, l'église et même le cimetière... Autant d'éléments caractéristiques du village qui gardent encore aujourd'hui le charme d'antan.

Les autres quartiers, plus récents, ne sont pas en reste eux non plus ! Salmchâteau est un village où il fait bon vivre, entre calme et effervescence.

M.Nottet